le Pirate Forum
    étape 1
  • Message par coignet, mercredi 7 juin 2017 à 13h01

  


Il va falloir être patient, car la conclusion de cette petite histoire ne devrait survenir que dans plusieurs mois.

Vendredi dernier, après une vingtaine d'années de retraite silencieuse et deux ans de garde-meuble, un quart queue Pleyel de 1953 a retrouvé la lumière chez un célèbre facteur de pianos d'Île de France.




Après un premier examen rapide, Grégoire Magne juge l'instrument digne d'être remis en état.
« C'est vraiment bon tout ça » dit-il simplement.
Tout bon que ce soit, une fois examiné plus en profondeur, on sait qu'il faudra

• déposer les cordes et le cadre



• changer les feutres des marteaux



mais la mécanique est bonne…



la table d'harmonie aussi…



le sommier également.

  • Message par Tromer, mercredi 7 juin 2017 à 13h07

  
Chouette, un nouveau feuilleton : j'adore ça ...
J'y connais rien en piano pourtant ce que tu nous montres à l'air quasi "neuf" ! Est-ce à croire que telle une voiture ancienne (je connais mieux) un piano "oublié" s'abîme ?
  • Message par coignet, mercredi 7 juin 2017 à 13h35

  
C'est bien entre autres parce que ça a l'air quasi "neuf" que la remise en état est intéressante. Pas seulement, car c'est aussi un instrument bien conçu et musical.
Une remise en état est une intervention un peu lourde, alors, si l'instrument doit, après tous les efforts consentis, être médiocre, il vaut mieux ne rien faire.

Le fait que ce soit quasi "neuf" permet de se passer de certaines interventions nécessaires sur des pianos plus abîmés, comme de devoir refaire aussi la table d'harmonie, ou une partie de la mécanique. Et aussi, la finition extérieure du meuble.

La non utilisation, et un mauvais stockage peuvent produire des effets indésirables, le principal étant la perte de charge de la table d'harmonie et sa fissuration.
Le bois de la mécanique peut être altéré.
Enfin, un piano très ancien peut avoir une mécanique presque impossible à régler correctement, à la fois à cause de sa conception initiale (on a fait beaucoup de progrès dans la conception des mécaniques), et à cause du vieillissement comme de l'usure, par exemple du jeu dans les axes qui rend nécessaire de tout démonter et refaire.
Ici, tout est en bon état, seulement très déréglé.


mécanique déréglée : les mécanismes de chaque note devraient être calés de manière identique

Mais le simple écoulement des années fait par exemple que les cordes n'ont plus la résistance suffisante pour sonner correctement ; c'est ici le cas des cordes de basse, dites cordes filées, qui sont d'origine.
Puis l'usage, tout simplement, dérègle la mécanique et abîme les feutres des marteaux.

Par exemple, on voit nettement ci-dessous sur ce piano récent que les feutres des marteaux ont été tassés par la frappe sur les cordes (il s'agit d'un autre piano et d'une mécanique allemande Renner plus récente).



Pour conserver le son du piano, régulièrement, on ponce les marteaux pour leur redonner le bon profil, et on retravaille les feutres pour ajuster leur dureté.
Après plusieurs ponçages, il ne reste plus assez de matière, et il faut remplacer les feutres.
C'est le cas sur ce Pleyel dont les marteaux ont été poncés plusieurs fois (la mécanique n'est pas une Renner, mais une Schwander, couramment montée sur tous les pianos français de l'époque).

Vous pouvez remarquer, par ailleurs, que les têtes de marteaux du Pleyel sont plus légères que sur les pianos allemands récents comme celui ci-dessus (indépendamment de l'usure qui ne se voit pas vraiment sur la photo —cela est évident sur les petits marteaux des aigus que je n'ai pas photographiés).

Enfin, sur ce piano, une malencontreuse intervention ancienne a fait que la charge des cordes sur le chevalet (qui, sous la tension des cordes transmet les vibrations à la table d'harmonie, comme sur tous les instruments à cordes) n'est pas également répartie, ce qui fait que les aigus et une partie des médiums sont faibles ; la dépose et repose du cadre en fonte permettra de refaire le calage correctement.
  • Message par Proteus, mercredi 7 juin 2017 à 20h02

  
Intéressant tout cela.
Nous aurons la patience d'attendre la suite de ce reportage même si cela dure plusieurs mois avec peut-être au final une photo du tôlier jouant de ce piano qui aura retrouvé une seconde jeunesse.
  • Message par coignet, mercredi 7 juin 2017 à 21h38

  
Le travail sur ce piano se fera en deux étapes : la mécanique, et l'ensemble cadre/cordes.
Enfin, il faudra faire l'harmonisation (c'est à dire le réglage du son de l'instrument, en intervenant sur la dureté des feutres des marteaux, note par note).

Début du travail en octobre, achèvement, fin d'année. Je tenterai d'en faire un bon reportage, il y a tant de belles choses à voir dans un piano.

Le tôlier qui a eu, autrefois, un niveau musical très honorable, n'a plus touché de piano pendant presque 20 ans.
Il découvre combien il reste des souvenirs de gestes, et combien ces souvenirs sont déconnectés de ce que les mains savent encore faire, réduit à peu près à néant.
Il faudra plusieurs mois, un an ? Cela laisse du temps pour la remise en état de l'instrument.

Signé Delon
    même pour le chien
  • Message par coignet, mercredi 7 juin 2017 à 22h01

  
Peut-être n'est-il pas nécessaire de jouer très bien pour avoir un Pleyel.

Autrefois, Francis Poulenc acheta le même modèle, à tout juste deux mois de décalage de celui-ci, et voici comment il l'utilisait :


Photo publiée sur le site de l'ambassade de France au Japon

  • Message par insoL, jeudi 8 juin 2017 à 9h56

… En train de composer «Les animaux modèles» ?
Rien ne peut être pensé sans son contraire.
Héraclite
    ce n'est pas toujours aussi simple
  • Message par coignet, jeudi 8 juin 2017 à 12h01

  
Certainement ! :mask:

Quelques jours avant, nous avions montré à Grégoire Magne un autre piano.
Il s'agit d'un Blüthner d'avant guerre, probablement de 1923 d'après son n° de série.

Ce piano vient du grand-père de Marielle. Les photos sont d'elle.






examen de la table… fendue en trois points



sortie de la mécanique



examen du sommier, en état correct



perplexité



examen des marteaux, très usés



test rapide du fonctionnement de la mécanique, par conception à peu près in-réglable.



Verdict : celui-ci ne sera pas rénové, il continuera sa vie de retraité, se contentant d'un simple accord.

    Piano pabar
  • Message par Tromer, jeudi 8 juin 2017 à 12h54

  
... c'est tout de même plus glorieux que de finir bar dans une résidence secondaire, fusse-t-elle bas normande :mrgreen2:

en visite : CCbotte et 0 invité(s)
nous disposons de 127 jours payés pour nous ébattre jusqu'au 31/10/2017
serveur : participer
Le Pirate derniers flux RSS des sujets
forum phpBB - adaptation P I R A T E
nous contacter :
courriel