le Pirate Forum
  • Message par HB, samedi 15 octobre 2011 à 16h39

  
En français :
Les photographes professionnels peuvent ne pas travailler gratuitement
Chers acheteurs potentiels de photos,

Si vous avez été dirigé vers cette page, il est probable que vous avez demandé l'utilisation d'une ou plusieurs images de compensation libre ou minime.

En tant que photographes professionnels, nous recevons des demandes pour des images libres sur une base régulière. Dans un monde parfait, chacun de nous aimerait être en mesure de répondre de manière positive et aider, en particulier avec les projets ou les efforts liés à des domaines comme l'éducation, les questions sociales, et la conservation des ressources naturelles. Il est juste de dire que dans de nombreux cas, nous aurions souhaité avoir le temps et les moyens de faire plus pour aider que simplement envoyer des photos.

Malheureusement, tels sont les aspects pratiques de la vie que nous sommes souvent incapables de répondre, ou que lorsque nous faisons, nos réponses sont brèves et ne traduisent pas un sens suffisant de raisons sous-jacentes de notre réponse.

Les circonstances varient pour chaque situation, mais nous avons constaté qu'il ya un certain nombre de thèmes récurrents, que nous avons énoncées ci-dessous avec l'objectif de communiquer plus clairement avec vous, et nous espérons éviter les malentendus ou involontairement engendrer la mauvaise volonté.

S'il vous plaît prendre les points suivants dans l'esprit constructif dans lequel ils sont destinés. Nous espérons certainement que, après que vous avez eu la chance de lire ceci, nous serons en mesure de parler à nouveau et d'établir une relation mutuellement bénéfique de travail.

Les photographies sont notre gagne-pain
Création d'images convaincante est la façon dont nous gagnons notre vie. Si nous donnons nos images gratuitement, ou passer trop de temps pour répondre aux demandes pour les images libres, nous ne pouvons pas faire une vie.

Nous Ne soutenir des causes digne avec Images
La plupart d'entre nous ne contribuent photographies, parfois plus, pour soutenir certaines causes. Dans de nombreux cas, nous pouvons avoir participé directement aux projets que nous soutenons avec des images, ou nous pouvons avoir une relation pré-existante personnels avec des personnes clés impliqués dans les efforts concernés. En d'autres termes, chacun de nous peut et ne fournissent des images sans compensation sur une base sélective.

Nous avons des contraintes de temps
Faire un saut de soutien sélectif à répondre positivement à toute demande que nous obtenons pour des photos libres, cependant, n'est pas pratique, si pour aucune autre raison que la quantité importante de temps nécessaire pour répondre aux demandes, échanger de la correspondance, préparer et envoyer des fichiers, et puis suivi pour savoir comment nos images ont été utilisées et quels sont les objectifs, le cas échéant, ont été atteints. Il prend beaucoup de temps pour répondre aux demandes, et le temps est toujours en pénurie.

Moyens d'«Nous n'avons pas d'argent" sont souvent difficiles à Fathom
La principale justification fournie dans presque toutes les demandes de photos gratuit est contrainte budgétaire, ce qui signifie que le demandeur invoque un manque de fonds.

Ces demandes proviennent d'organismes fréquemment avec beaucoup d'argent en main, qu'elles soient cotées en bourse les entreprises, organismes gouvernementaux ou quasi-gouvernementaux, ou encore des ONG. Souvent, c'est une simple question de jeter un oeil à un dépôt public ou d'autres documents d'information semblables à ce que l'entité concernée a accès à un financement important, certainement plus que suffisant pour payer les photographes un prix raisonnable s'ils choisissent de le faire.

Pour aggraver les choses, il est évident que, trop souvent, de toutes les parties impliquées dans un projet ou un effort particulier, les photographes sont les seuls à être invité à travailler gratuitement. Tout le monde est payé.

Compte tenu des considérations de ce genre, vous pouvez peut-être comprendre pourquoi nous se sentent souvent méprisé quand on nous dit que: «Nous n'avons pas d'argent." De telles affirmations peuvent apparaître comme un stratagème cynique destiné à tirer profit des individus crédules.

Nous avons des contraintes budgétaires réelles
À quelques exceptions près, la photographie n'est pas une profession très rémunératrice. Nous avons choisi cette voie, en grande partie due à la passion que nous avons pour la communication visuelle, arts visuels, et les sujets dans lesquels nous nous spécialisons.

L'augmentation substantielle des photographies disponibles via l'Internet ces dernières années, couplée avec des budgets réduits d'acheteurs nombreuses photos, signifie que nos revenus déjà maigres ont mis à rude épreuve supplémentaire.

Par ailleurs, étant un photographe professionnel implique d'importants investissements monétaires.

Notre métier est par nature haute intensité d'équipement. Nous avons besoin d'acheter des caméras, des lentilles, des ordinateurs, logiciels, périphériques de stockage, et plus sur une base régulière. Choses brisent et aient besoin d'être réparé. Nous avons besoin de back-up de toutes nos données, comme un mal placé tasse de café pourrait littéralement effacer des années de travail. Pour nous tous, l'investissement dans le matériel et les logiciels essentiels entraîne des milliers de dollars par an, car nous avons besoin pour rester à jour avec les nouvelles technologies et les meilleures pratiques.

En outre, le voyage est une grande partie de beaucoup de nos entreprises. Nous devons dépenser beaucoup d'argent sur le transport, l'hébergement et autres coûts liés aux voyages.

Et bien sûr, peut-être plus important encore, il ya une somme considérable associée avec le temps et l'expérience que nous avons investi pour devenir compétent dans ce que nous faisons, ainsi que les risques personnels que nous tenons souvent. Prendre des clichés peut ne consister qu'en appuyant sur le déclencheur caméra, mais la création d'images nécessite des compétences, l'expérience et le jugement.

Ainsi la ligne de fond est que bien que nous comprenons certainement et peut sympathiser avec les contraintes budgétaires, d'un point de vue pratique, nous ne pouvons simplement pas nous permettre de subventionner tout le monde qui le demande.

Se mettre «crédit» ne signifie pas beaucoup
Partie intégrante des demandes d'images libres repose sur les contraintes budgétaires est souvent la promesse d'offrir «crédit» et «exposition», dans la forme ou un filigrane, un lien ou peut-être même une mention spécifique, comme une forme de compensation tenant lieu de rémunération commerciale.

Il ya deux problèmes majeurs avec cela.

Tout d'abord, à obtenir du crédit n'est pas une indemnisation. Nous n'avons, après tout, créer les images concernées, afin de crédit est automatique. Ce n'est pas quelque chose que nous espérons un tiers sera assez aimable pour nous accorder.

Deuxièmement, le crédit ne paie pas les factures. Comme nous espérons précisé ci-dessus, nous travaillons dur pour faire de l'argent nécessaire pour réinvestir dans notre matériel photographique et pour couvrir les frais professionnels. En plus de cela, nous devons faire assez pour payer pour les nécessités de base comme la nourriture, le logement, les transports, etc

En bref, la réception de crédit pour une image que nous avons créé est une compensation donnée, non, et le crédit n'est pas un substitut pour le paiement.

«Vous êtes le seul photographe déraisonnable"
Lorsque nous avons le temps de s'engager dans la correspondance avec les personnes et entités qui demandent des photos gratuites, le dialogue dégénère parfois en une déclaration agitée dirigé vers nous, affirmant en substance que tous les autres photographes de la personne ou entité a contacté sont plus que ravis de fournir des photos gratuitement, et qu'en quelque sorte, nous sommes «le seul photographe d'être déraisonnable».

Nous savons que ce n'est pas vrai.

Nous savons également qu'aucun photographe raisonnables et compétents seraient d'accord à des conditions déraisonnables. Nous ne tenir compte du fait que certains photographes inexpérimentés ou les personnes qui se trouvent propres caméras peuvent en effet accepter de travailler gratuitement, mais que la sagesse populaire l'adage: «Vous obtenez ce que vous payez."

S'il vous plaît Suivi
Une autre expérience que nous avons en commun est que lorsque nous fournissons des photos gratuitement, nous avons souvent ne reçoivent pas les mises à jour, commentaires ou toute autre forme de suivi pour nous faire savoir comment l'événement ou projet déplié, quels sont les objectifs (le cas échéant) ont été atteint, et ce bien (le cas échéant) nos photos ont fait.

Trop souvent, nous n'avons même pas obtenir les réponses aux emails que nous envoyons à suivre, jusqu'à ce que, bien sûr, la prochaine fois que quelqu'un veut photographies libres.

Dans les cas où nous sommes d'accord de travailler gratuitement, s'il vous plaît ayez la courtoisie de suivi et de nous faire savoir comment les choses allaient. Un peu de considération ira un long chemin à faire nous sentir plus enclins à prendre le temps de fournir des images supplémentaires à l'avenir.

Envelopper
Nous espérons que les points ci-dessus aider à élucider pourquoi le photographe pertinents énumérés ci-dessous vous a envoyé à ce lien. Chacun d'entre nous sont des professionnels dévoués, et nous serions heureux de travailler avec vous pour avancer d'une manière mutuellement bénéfique.


Note aux photographes: Vous pouvez utiliser le texte ci-dessus sous Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License Unported. S'il vous plaît vous assurer d'inclure un lien vers cette page. Si vous désirez ajouter votre nom à la liste ci-dessous, s'il vous plaît utiliser le formulaire de contact. Texte de Tony Wu.
  • Message par coignet, dimanche 16 octobre 2011 à 7h56

  
En français vraiment ?
Création d'images convaincante est la façon dont nous gagnons notre vie. Si nous donnons nos images gratuitement, ou passer trop de temps pour répondre aux demandes pour les images libres, nous ne pouvons pas faire une vie.

C'est très amusant mais quand-même un peu long.
  • Message par marielle, dimanche 16 octobre 2011 à 8h12

  
Ce n'est effectivement pas bien français, tout cela... :-x
C'est quand même plus simple de lire en anglais soi-même - même sans sans être anglophone fluently - que de lire une traduction automatique que chacun peut se faire sur son gougueule perso.

Plutôt que de faire un copier-coller traduit, ce serait mieux d'avoir vos opinions, en français dans le texte...

Allez, et maintenant, allez voter (et que la meilleure gagne :kl: ) !
    NOOR
  • Message par danyves, jeudi 20 octobre 2011 à 22h53

Noor :

crimea soviet nostalgia


occupy-wall-street-2011


Au moment ou VII se sépare de nombre de ses photographes, sans états d'âme.
  • Message par danyves, dimanche 30 octobre 2011 à 17h41

Et du photojournalisme de guerre aujourd'hui :

http://www.guardian.co.uk/artanddesign/ ... fghanistan

Un entretien extrême, dur.
  • Message par orville, mardi 8 novembre 2011 à 20h35

  
Des lendemains qui chantent ?
"Quand tu ne ris pas tu ne vis pas"
  • Message par danyves, mardi 8 novembre 2011 à 20h51

Cela dépend pour qui !

Cela dit le photojournalisme ne peut montrer que les effets, pas analyser les causes de cette crise en trompe l'oeil.
    photojournalism-and-the-cellphone-application (en anglais)
  • Message par danyves, lundi 19 décembre 2011 à 17h15

ifaune, photojournalisme et manipulation des images :


http://american-journal.org/2011/12/pho ... plication/
    iPad et Photojournalisme
  • Message par danyves, lundi 19 décembre 2011 à 17h22

Et de l'édition numérique :

http://www.bjp-online.com/british-journ ... ad-success
    Photographier les clochards

J'ai lu ceci qui me semble être une réflexion intéressante.

En creusant un peu la question, j'ai découvert le travail de ce photographe, qui laisse apparaître de l'engagement, plutôt des images prises à la sauvette.

Un concours de Miss SDF belge, ou: comment se ré-approprier une image...

Bonne découverte!
  • Message par danyves, vendredi 13 janvier 2012 à 11h11

La réflexion est intéressante et bien documentée. Merci.

Je retiens ce passage, qui parle de ce à quoi j'adhère :


"Henri Cartier Bresson, déclarait : « La photographie en tant que technique ne m'intéresse pas. C'est la communication qui importe. » Les photos de rue les plus fortes sont certes des photos bien composées, artistiques, même si la plupart des grands photographes de rue refusaient ce qualificatif tout en vendant, pour certains, des tirages à des musées. Mais il faut bien admettre qu'une photographie techniquement déficiente et mal composée ne saurait transmettre efficacement un message. Dans quelque domaine que ce soit, une photo être à la fois signifiante et graphiquement forte."
    Liba Taylor
  • Message par danyves, samedi 14 janvier 2012 à 5h32

Liba est une amie de bien longtemps avant Facebook, qui tient mieux que moi sa page Facebook, qui tourne autour du photojournalisme et qui mérite visite, justement parce que nombre de ses amis le sont aussi de longue date, et qu'elle utilise un peu en le détournant Facebook pour informer et communiquer avec des amis souvent de plus de vingt ou trente ans.

Allez y jeter un oeil :-)

Histoire de vie

http://unypressfullstories.blogspot.fr/ ... nging.html
    Liba Taylor
  • Message par danyves, mercredi 4 avril 2012 à 10h06

Histoire de vie

http://unypressfullstories.blogspot.fr/ ... nging.html

SATURDAY, MARCH 31, 2012

Growing in an Exciting and Challenging Profession
Faculty member Liba Taylor has traveled the world in search of great photographs

By Baia Dzagnidze


It was 1997 when photographer Liba Taylor first heard about Joseph Kony, the head of the Lord’s Resistance Army in Uganda. A journalist colleague working for UNICEF suggested that they do a story on the child soldiers of Uganda.

“Back then, nobody knew about Kony and his activities,” Taylor recalls. “Although I had visited Africa many times before, I did not really know anything about child soldiers in Uganda.”

But after arriving in Nairobi, they saw the news that Princess Diana had died.


Former child soldiers of LRA in Gulu
“I immediately told my co-worker that this would be in media for a long time, and nobody would publish anything else,” Taylor says. “We did the story anyway, and after returning to London, the situation was exactly as we predicted: The magazine which commissioned the story refused to publish it. The journalist decided to push it, threatening to sue them if they didn’t publish. So they did. Plus we sold it 10 times after that.”

Battles against difficult odds are nothing new for Taylor, 62, who has been venturing into difficult and dangerous places in search of adventure and great photographs since she graduated from college. Now working as a photography instructor at UNYP, she has had an interesting and successful career as a documentary photographer, working with many well-known international humanitarian organizations such as WHO, UNICEF, Save the Children and UNAIDS, and traveling in third-world countries in Africa, Asia and Latin America.

The Czech-born photographer was 18 years old when she left Prague and moved to London, the day after the communists invaded Prague in 1968. She spent most of her life there, returning to Prague in 2006.
    Maramures
  • Message par danyves, jeudi 12 avril 2012 à 8h07

Liba travaillait en couleurs, je travaillait en noir et blanc. Nous avons fait le voyage en Lada Niva blanche, une voiture russe imatriculée en France nous a dit le douanier roumain à la frontière hongroise.

J'ai refait trois voyage ensuite, toujours en noir et blanc. Il faudra scanner.



Mamramures






copyright Liba Taylor
  • Message par danyves, lundi 24 décembre 2012 à 8h53

Don McCullin: 'Photojournalism has had it. It's all gone celebrity'

The veteran photographer discusses the violence of his early years, celebrity culture – and why he's off to a war zone at 77
Share 1239


inShare
20
Email
Carole Cadwalladr
The Observer, Saturday 22 December 2012 20.00 GMT
Jump to comments (32)


    Obituary : Olivier Voisin

  
Un témoignage à lire avec émotion : ici.

Il donne un lien vers le site d'Olivier Voisin. Je ne suis pas optimiste sur la tendance à terme de publications de telles photos. Entre un article people et une pub de luxe... Et ça ne sont pas les médias des pays émergents qui prendront le relai...

Sans informations, sans témoignage, que reste-t-il de la démocratie ? La télé réalité ?
Quelqu'un qui fait des images ne peut pas être rassurant
Raymond Depardon, Errance

Flickr
  • Message par danyves, mardi 26 février 2013 à 16h46

Olivier Voisin, Luis Choy: encore deux photographes tués 25 février 2013 Par Michel Puech
  • Message par orville, mardi 26 février 2013 à 19h12

  
"Quand tu ne ris pas tu ne vis pas"

  
Encore un papier intéressant dans le Monde.
Les paroles de McCullin sont glaçantes, c'est lui qui a dit par ailleurs qu'il n'était "pas fier de ses photos car elles montrent le malheur qui arrive aux autres" (très bon sujet dans l'avant-dernier numéro de Télérama).

Ce papier me rappelle aussi le roman de Arturo Perez-Reverte, "Le peintre de batailles", remarquable.

Photographier sans leur avis des gens que l'on ne connait pas, puis diffuser cette image, n'est pas un acte innocent ni moralement neutre. C'est ce qui me rend très circonspect face à la "photo de rue", genre que je n'apprécie pas particulièrement...
Quelqu'un qui fait des images ne peut pas être rassurant
Raymond Depardon, Errance

Flickr
  • Message par paga, vendredi 6 septembre 2013 à 16h08

hédoniste nihiliste
Jacques, pote a écrit :
/.../
Photographier sans leur avis des gens que l'on ne connait pas, puis diffuser cette image, n'est pas un acte innocent ni moralement neutre. C'est ce qui me rend très circonspect face à la "photo de rue", genre que je n'apprécie pas particulièrement...


Oui et non, et encore ne faut-il pas mélanger photo de rue (pseudo-reportage sociologique voyeur) et la photo de guerre (reportage reportage - mais qui peut être voyeur aussi). Les deux racontent ce que le photographe a vu, les deux ont un contenu historique, mais comme le dit John Morris le reporter de guerre peut aussi espérer mobiliser (manipuler?) l'opinion publique... Vaste sujet en effet, car bien évidemment ce qui a changé pour ces photographes est exactement ce a quoi tu fais allusion: la diffusion. Quand ces reporter on débuté, elle se limitait a quelques magazines (Life) et le reportage était réservé aux professionnels, tandis qu'aujourd'hui la facilite de snapper et tweeter tout et n'importe quoi change la donne morale en effet, elle ouvre aussi des possibilités intéressantes.

:salue
  • Message par danyves, vendredi 6 septembre 2013 à 17h11

Don McCullin, Visa d’or d’honneur 06 septembre 2013 | Par Michel Puech





Don McCullin & Marie-Laure de Decker, Paris 2001

  
Merci Danyves, très bon article et très belle photo. Ce type est fascinant.
Il nous donne à voir, par l'extrême, qu'il y a toujours une dimension morale dans l'acte de représentation de l'autre.
Quelqu'un qui fait des images ne peut pas être rassurant
Raymond Depardon, Errance

Flickr
Précédent

en visite : CCbotte et 0 invité(s)
nous disposons de -1435 jours payés pour nous ébattre jusqu'au 31/12/2018
serveur : participer
Le Pirate derniers flux RSS des sujets
forum phpBB - adaptation P I R A T E
nous contacter :
courriel