• Message par Fred76, mercredi 16 septembre 2009 à 16h07
    citer

koni_rival
Merci Coignet pour ton intérêt. Ces photos n'ont aucune valeur artistique et ont surtout été le prétexte à essayer mon Blad :D
Quant au Scans et à leur colorimétrie, je dois avouer que je les ai mises sur le forum "brut de scan" sans repasser par PS. De plus je ne maîtrise par encore les subtilités de mon V700 en traitement couleur - je ne fait habituellement que du B&W et qui plus est de la TRI-X qui se révèle assez facile à scanner...
J'ai tout de même constaté que les couleurs du traitement C-41 sont très particulières (un peu comme dans les développements des années 70-80). Est-ce dû à un problème dans mon traitement (T° ou agitation ou conservation du produit ???) ou est-ce inhérent au Téténal ?


Bonjour Koni,

je ne me considère pas non plus comme un expert. :-x

j'ai un peu de mal à comprendre ce que tu entends par couleurs des années 70-80. A l'époque je faisais du NB et un peu de K25 et K64 quand j'avais les moyens de les acheter.

perso, je ne constate pas de différence particulière pour la supéria 200 que je donnais à développer il y a encore un an et celle que j'ai développée avec le Kit.

maintenant j'utilise l'agfa vista et la kodak portra, et je n'ai pas d'éléments de comparaison. Je n'ai à priori rien constaté de notable dans le rendu des couleurs.

le rendu est nettement différent par contre selon l'optique et j'obtiens un rendu plus doux avec des couleurs moins saturées quand j'utilise une optique Nikon datant des années 70 (avant les Ai), par rapport à mes optiques Leica.

Les photos que tu présentes m'ont l'air très correctes sur ce point.

Attention aussi, notre oeil s'est habitué aux images "chirurgicales" produites par les capteurs numériques, en particulier sur écran.

piratement

Fred
Leica R - Nikon F et D
Argentique et numérique

Bonjour,

pour illustrer le rendu coloré obtenu avec le kit Téténal C-41, j'ai scanné hier soir un film fait le WE dernier et développé dans la foulée.

Boitier Nikon F2 - prisme DP1 avec objectif Nikkor 1,2/55 SC (donc matériel des seventies :D )
Film : kodak Portra 160 NC
développement : kit Téténal C41 - process à 30 ° - respect scrupuleux du process
Numérisation : Nikon coolscan V ED - anti ice ON (ajustement du gain + calage point noir et point blanc)
Traitement : Capture NX (simple ajustement de la courbe de contraste + ajout d'un peu de densité)



les couleurs, sur mon écran non pro mais calibré sont conformes aux couleurs vues et me conviennent

Fred
Leica R - Nikon F et D
Argentique et numérique

Merci pour vos réponses.
Je crois que Fred a raison lorsqu'il dit que l'œil s'est habitué aux tons "grisés" et sans âme du numérique. J'ai eu beaucoup de mal à m'habituer au numérique au début (année 2002) et je crois qu'à présent le fait de retourner à une vision argentique antérieure me fait le même effet dans le sens contraire.
Je n'ai jamais eu ce problème en B&W car je n'ai jamais apprécié la version sèche du numérique et le manque de détail et de subtilité dans les ombres. Je tiens quand même à rajouter l'exemple suivant pour étayer mon propos:

La première image est brut de scan quant à la seconde elle a simplement été modifiée sur PS par la fonction couleur automatique.






  
Deux remarques :mrgreen:

À mon avis,

brut de scan ne signifie pas vraiment quelque chose, car ce n'est jamais brut : le logiciel de pilotage du scanner fait une interprétation de ce qui a été saisi en créant le fichier numérique. Mais on peut prendre cela comme une saisie "brute" dans le sens où tu as fait le minimum d'intervention, voire pas du tout.

Fonction des couleurs automatiques de Photoshop :
cette fonction est fort dangereuse. Son principe est le suivant : elle cale sans détour et sans logique les histogrammes des trois canaux rouge, vert et bleu, de manière identique à droite (hautes lumières) et à gauche (basses lumières). Ceci donne souvent des résultats tout simplement catastrophiques lorsque l'image possède des dominantes naturelles, qui sont de manière logique à l'origine d'un décalage de la position de ces histogrammes. En dehors des cas où il y aurait vraiment une exposition absolument parfaite avec une lumière totalement neutre, ce dispositif ne marche pas.
À mon avis, il n'a qu'un seul intérêt : l'utilisation de visualition avec annulation immédiate, car cela permet de voir très vite quelles sont les dominantes, et celles que le logiciel élimine automatiquement. C'est une bonne base que l'œil mémorise, pour le travail fin à faire ensuite, car on voit à la fois le déséquilibre éventuel du fichier, et celui que crée le logiciel, ces données complémentaires aidant à faire son propre réglage.

Qu'en pensez-vous ?
  • Message par Fred76, vendredi 18 septembre 2009 à 13h41
    citer

100 % d'accord avec Laurent.

Ne pas utiliser les niveaux automatiques de PS, ni de Nikonscan (ou vuescan, le cas écéhant), c'est le plus souvent catastrophique.

Caler manuellement le point noir et le point blanc et travailler ensuite sur la dominante colorée. pour un image scannée je le fais lors du scan et je n'y retouche plus ensuite. Pour un RAW, je le fais dans Nikon capture NX, que je trouve plus ergonomique que PS CS (points de suivi).
Leica R - Nikon F et D
Argentique et numérique

J'ai testé et ça marche nickel merci pour ces éléments d'aides plus que bienvenus ! Il parait que le kit E-6 de Tetenal est presque aussi facile... quelqu'un a essayé ? Les dias à domicile ça doit être chouette...
  • Message par HB, mercredi 21 avril 2010 à 10h58
    citer

  
Pas essayé, ni l'un ni l'autre :? J'aimerais bien le E6, je préfère la dia que ce soit en 6x6 ou en 24x36 au rendu du néga couleur :-) Tu nous montres :wink:
Depuis que Fred76 est passé au M8, il s'en fout :lol:

Le plus dur c'est de maintenir une température a 38°C en E-6...pareil pour le lavage (sinon ça fait baisser la température de la cuve), avec mon robinet qui fait des siennes je suis sceptique :?
  • Message par HB, mercredi 21 avril 2010 à 13h01
    citer

  
C'est sur qu'avec le D76, on a moins de problème :lol: Il y a bien un système pour garder la t°, non ? On va attendre le tôlier, il connaît tout :pyrh: :bise:

  
Hé non, il ne connait pas tout, c'est bien dommage !
J'ai développé des diapos, il y a fort longtemps, mais avec l'ancien système qui demandait d'exposer le film à la lumière avant de faire le deuxième développement.

Pour conserver constante la température de l'eau courante, il n'y a pas beaucoup de solutions : il faut que les débits froids et chauds soient réguliers, ce qui est difficile à obtenir avec une chaudière à production instantanée, et aisé avec un grand ballon d'eau chaude, et que le ré-équilibrage soit fait régulièrement, soit manuellement, en suivant de près avec un thermomètre, soit automatiquement, en installant un robinet thermostatique...
  • Message par HB, mercredi 21 avril 2010 à 14h00
    citer

  
J'savais bien qu'il n'était pas loin :lol: T° égale = chauffe-eau électrique et robinet thermostatique, merci

Je ferai probablement un essai du kit E-6 mi-juin, je posterai un avis par la même occasion :)

Bonjour à tous,

Voici mon premier développement couleur maison à 38°C.



Le maintien en température est fait grâce au bac à légumes du frigo avec de l'eau du robinet à 60°. Quand la préparation arrive à 40°, je la sors et je la regarde descendre jusqu'à 38,5°. A cette température, je verse direct dans la cuve et tourne pendant 3'15.

Une autre photo, de mon 2e développement :



Les teintes sont dues à mon scanner, il va falloir que je m'habitue à équilibrer les teintes.

  
En effet, il faut s'habituer à équilibrer les teintes, et ça demande pas mal de travail !
J'ai mis longtemps à y arriver, et ne suis pas encore satisfait. Le plus difficile n'est pas de comprendre comment on cale les couleurs techniquement (ce n'est pas grand chose), mais de comprendre ce qu'on voit, et ce qu'on voudrait voir. Ça, c'est une autre paire de manches.
Bienvenue ici.
:salue

  
Bonjour,

Est ce que quelqu'un aurait déjà essayé ce procédé avec des plans film 4x5?

Merci!

Si ça marche avec du 135 et du 120, pourquoi pas avec du 4x5 ??
    c41

Y a-t-il de la chimie dans le c-41 que nous pouvons réutiliser pour developer des pellicules N&B ?

  
En théorie, le révélateur a une double action : révélation de trois images argentiques noir et blanc déparées par trois couches filtrantes, et révélation des colorants intégrés à ces couches.
Il devrait en conséquence produire une image en l'utilisant avec un film noir et blanc.

    Il y a au moins trois problèmes
  1. ce révélateur est fait pour être utilisé à 38° ce qui n'est pas bon pour une émulsion NB ;
  2. on ne connait pas le temps de développement ;
  3. les autres composants de la chimie altèrent probablement l'émulsion.
En bref, on peut le faire pour jouer, mais à mon avis pas pour obtenir une bonne image et un film stable dans le temps.

Le blanchiment détruit la couche argentique…

Le fixateur est inopérant.

Cat-Sitter
Seuls certains films N&B sont compatibles avec le traitement en C41.



    Problème de dominante verdâtre C41

Bonjour,

J’ai réalisé mon premier développement couleur récemment, tout semblait à peu près correct, mais au scan les couleurs sont verdâtres/bleues. Quelle peut être mon erreur ?

Merci,

JB

  
Est-ce spécifique à ce film, peux-tu être certain en comparant à d'autres que le problème vient bien du développement et non d'autre chose, comme une mauvaise exposition, ou un film mal stocké qui aurait eu trop chaud, ou encore périmé ?
Si oui, il faut probablement se demander si la température a bien pu être maintenue constante pendant le développement, ou si les temps ont été exacts : la couleur ne supporte pas les petites approximations que les films noir et blanc encaissent sans gros dommage.

Si le développement et l'état initial du film semblent ne pas pouvoir être incriminés, les conditions de lumière de la prise de vue étaient-elles bonnes ? Il est courant en couleur de devoir équilibrer complètement différemment la numérisation ou le tirage d'un film à l'autre en fonction des conditions de prise de vue.

Pour le développement, j'ai utilisé le kit Tetenal avec un processeur jobo.
Il me semble avoir respecté au mieux les températures et les temps.

Le film était une Portra 400 que j'avais conservée au frigo mais maintenant
que j'y repense je n'ai pas laissé le temps au film de se réchauffer avant les prises
de vues.

Voilà un exemple de scan brut.


  
Cela doit pouvoir se caler correctement, non ?
Avec quel scanner est-ce numérisé ?

J'ai à peu près réussi à caler les couleurs (via le logiciel fourni avec mon Epson v600 et Photoshop), mais je m'interrogeais sur la pertinence de la réussite de mon développement couleur... :)



  
Ça semble très bon.
Il est normal que les scanners ne donnent pas l'image rêvée sans que l'on soit obligé d'y travailler un peu...
Est-ce que cela a été plus difficile à faire que lorsque tu donnes tes films à développer ?
PrécédentSuivant

déjà 99 jours payés pour 2017 jusqu'au 30/06/2017
piwik  Le Pirate derniers flux RSS des sujets
forum phpBB - adaptation P I R A T E
nous contacter :
courriel