Bien scanner en couleur
  • Message par Antochine, dimanche 23 mai 2010 à 10h00

  
Bonjour,

J'ai vraiment du mal a maitriser le scan des negatifs couleurs. J'ai entendu parler ici de faire les points blanc, noir, gris, ça marche comment...? Quelle est votre recette de scan couleur pour avoir de bons resultats reguliers?

Merci d'avance!

Crdlt.
Antonin
  • Message par coignet, dimanche 23 mai 2010 à 10h45

  
Il n'y a pas de recette, seulement de l'apprentissage, et de l'application, car c'est long de faire une bonne saisie/sortie.
Point noir, point blanc ?
En théorie c'est simple : on recherche quelles zones a priori seraient noires, blanches, ou grises dans la photo, et on observe, au moyen de l'outil pipette, si tel est le cas. En utilisant les courbes et niveaux, on glisse les curseurs pour atteindre ces valeurs neutres (blanc, noir, gris), et on en scrute le résultat à l'écran (calibré), pour voir si tel est bien le calage qui doit être fait.
Car en effet, dans la pratique ce n'est pas si simple ; il y a des photos où il n'y a pas de noir, ni de blanc, ni de gris neutre. Donc, il faut observer, extrapoler.

Deux outils de base : l'outil pipette, qui donne la lecture de toutes les valeurs, et l'oeil sur un moniteur calibré.

Suivant le matériel, on fera un calage parfait avant la numérisation (scanners de film Nikon et leurs pilotes très précis), ou après (la plupart des scanners à plat) dans un logiciel comme Photoshop.

Enfin, les caractéristiques colorimétriques des logiciels, matériels, et système d'exploitation, doivent être mis en concordance pour que les données soient fiables (généralement profil Adobe RVB 98).

Je veux bien tenter d'expliquer un peu, comme je l'ai fait pour Capture One, mais il faudrait préciser quelques données : quel type de scanner, quel type de pilote ?
  • Message par Antochine, dimanche 23 mai 2010 à 11h27

  
Bonjour Coignet et merci pour ta reponse rapide.

J'utilise un 4990, jusqu'ici il marche bien a part des bandes parasites.... Avec son logiciel de numerisation (Epson Scan) en general je cale les deux curseurs aux extremites de la courbe de niveau pour enregistrer le max d'infos sur mon fichier TIFF et ensuite je passe sous toshop pour les reglages. ça marche tres bien en noir et blanc et j'arrive a faire ce que je veux.
En couleur c'est une autre paire de manches, je me retrouve avec des dominantes de folies que je ne sais pas trop comment corriger (le daltonisme n'aidant pas...!)

En gros si je te suis je prend ma pipette que je mets sur un endroit qui doit etre blanc (en theorie R 255, V 255, B 255) et je cale mon image (a l'aide de quel outil?) pour obtenir cette valeur theorique, pareil pour le noir, ou pour un gris moyen? La chose est elle faisable pour un bleu, un jaune, un rouge?

Merci encore.

Crdlt.
Antonin
  • Message par Exoflux, dimanche 23 mai 2010 à 20h20

Je sais que ce n'est pas LA solution mais un plugin photoshop (payant malheureusement) existe et marche plutôt pas mal pour régler ses néga couleurs. J'ai uniquement testé la version 'évaluation' et j'ai trouvé ça pas mal...
Colorperfect (ou colorneg) qui permet de régler précisément les couleurs, le noir, le blanc, le gamma etc avec des profil pré-réglés pour les négatifs et y'en a un paquet, quasiment tous...
http://www.c-f-systems.com/ColorPerfectHelp.html
  • Message par coignet, dimanche 23 mai 2010 à 22h31

  
Antochine
En gros si je te suis je prend ma pipette que je mets sur un endroit qui doit etre blanc (en theorie R 255, V 255, B 255) et je cale mon image (a l'aide de quel outil?) pour obtenir cette valeur theorique, pareil pour le noir, ou pour un gris moyen?

C'est à peu près cela, oui. C'est bien rarement 255, 255, 255, plutôt 250, 250, 250 : car il y a rarement du blanc pur sans ombres, reliefs, etc.
Idem pour les noirs, on a plutôt des valeurs vers les 5, ou même 10. Cela dépend des photos bien sûr, car il en est qui n'ont aucun blanc et aucun noir, peu contrastées.
On ajuste avec les commandes niveau de photoshop, en glissant les extrémités et en vérifiant pendant la manipulation ce qu'on obtient. Puis en glissant éventuellement le curseur central qui va modifier les dominantes des parties médianes. Souvent, on fait pas mal d'allers et retours, ce n'est jamais bon en une une seule fois !
On peut ensuite beaucoup affiner avec les courbes, qui permettent de jouer finement sur toute l'étendue de 0 à 255. On peut totalement supprimer une dominante.
Je montrerai ça demain, ou mardi, suivant mon courage et mon temps, un peu comme je l'ai fait pour Capture One.

Antochine
La chose est elle faisable pour un bleu, un jaune, un rouge?

Non ! Car ces bleus, jaunes et rouges, ne sont jamais purs. Ce n'est que l'œil qui peut aider à caler.
Je ne sais pas bien ce qu'on ne perçoit pas en étant daltonien, alors je ne sais trop que dire pour cela.
Disons que l'on a des repères, que l'on apprend : quels valeurs pour un ciel de midi, du soir, un contre-jour, la peau, certaines pierres, etc...
Les dominantes dépendent aussi de la température de couleur, du soleil, ou du type d'éclairage électrique. Dans certaines conditions, comme le soir, comme la lumière électrique, on ne sera jamais vraiment neutre, car dans la réalité, cela ne l'était pas : il y a plus de jaune. Si l'on cherche à supprimer totalement les dominantes jaunes, on se retrouve en réaction avec des zones de lumière bleue.
En bref : il s'agit toujours d'une interprétation, dans laquelle on fait des choix, cherchant soit le réalisme et le naturel (ou l'impression de), soit la compensation de défauts évidents de l'éclairage disponible au moment de la photo, soit des dérives voulues qui nous paraissent plus pertinentes ou intéressantes (un certain BascoulDido fait cela assez brillamment).

  
Merci beaucoup pour ces indications, je vais bidouiller dans ce sens!

A bientot en couleurs j'espere!

Crdlt.
Antonin
  • Message par coignet, lundi 24 mai 2010 à 13h35

  
Exemple d'un cas facile :

à gauche, état avant ouverture, à droite, correction dans photoshop :



Dans les zones les plus sombres de l'image, zones d'ombre a priori neutre, il y avait plus de rouge et moins de bleu. En glissant les taquets inférieurs de la commande niveau de Photoshop, et affichant l'un après l'autre chaque niveau (rouge, vert, bleu), correction fait recherchant la neutralité.
Idem à "droite" : neutre sur une zone très éclairée de la photo, correspondant à un fond réellement neutre.

Dans une cas simple comme celui-ci, cela peut (presque) suffire.

Sinon, il faudra admettre qu'il n'y a pas de zone neutre dans l'image, et travailler plus finement, et donc, plus longtemps !

Souvent, des dominantes existent dans les zones sombres, et pas dans les zones claires. On utilise alors les courbes pour faire des corrections fines :



Ici, j'ai atténué une dominante bleue dans les ombres, sans modifier les hautes lumières :

  • Message par nel, mercredi 26 mai 2010 à 7h03

Mon petit conseil à moi : scanner systématiquement en 16 bits puis traiter sous photoshop toujours en 16 bits convertir en 8 bits quand on est satisfait du résultat.

8 bits = 256 nuances / canal couleur
16 bits = 65 536 nuances / canal couleur

L'œil voit environ en 8 bits, les réglages (destructifs de données) effectués sur un fichier 16 bits ont peu de chance d'être visibles.

Voilà.
"En effet, il est plus beau d’éclairer que de briller seulement ; de même est-il plus beau de transmettre aux autres ce qu’on a contemplé que de contempler seulement...", Thomas d'Aquin
  • Message par coignet, mercredi 2 juin 2010 à 11h51

  
Voici un autre exemple pour Antochine, tout en ne sachant pas si cela répond à ses questions.
Ce que je montre là a été fait dans NikonScan, mais dans Photoshop, c'est pareil : les outils sont similaires.

Il est bien entendu qu'on a réglé ses matériels de la même manière : on leur a indiqué le gamma du moniteur, on a calibré ce dernier, on est en espace de couleur Adobe RVB98 sur le scanner et dans Photoshop, ou autre espace de couleur large (pas sRGB qui est un profil appauvri réservé à la création de fichiers web) ; enfin, bien sûr, on fait tout en 16 bits.
Dans Photoshop : Edition => Couleurs…



Ceci montre pas forcément exactement ce qu'il faut faire, mais ce que je fais.

Dans ce cas-ci, pour me faciliter le travail en vue du calage d'une série (un petit reportage), j'ai disposé un outil qui m'aide à faire le premier calage : une charte que j'ai photographiée sur place.

Elle me permet de caler les zones neutres, et de vérifier ensuite à l'œil les valeurs des couleurs : j'ai la photo à l'écran, et l'objet sous les yeux.
J'ai choisi d'utiliser cet exemple, car je fais d'une pierre deux coups, et c'est ainsi peut-être plus didactique.
Dans ce cas-ci, on sait que le noir est noir et le blanc est blanc.
Laisser éventuellement plus de bleu, ou plus de vert, sera choix de rendu final, mais au départ, on cherche la neutralité, pour pouvoir bien en juger.
Noter que rarement, les noirs sont noirs, et les blancs blancs : non seulement il faut prendre en compte la température de couleur, mais aussi, des reflets. Ainsi, ci-dessous, ce noir n'est pas noir, il est gris très foncé (valeur 31).

Pour le rendu final, j'augmenterai certainement les contrastes, et baisserai ces valeurs, mais pas tout de suite, car sinon, je vais "couper" des valeurs plus sombres dans la photo.
A noter que le travail du rendu final sera différent suivant que je le destine à un tirage, ou à une vue à l'écran.

Sur le noir de la charte, j'ai les valeurs suivantes : R = 41, V = 38, B = 39
Après réglage, j'ai R = 31, V = 31, B = 31



Sur le blanc j'ai R = 247, V = 253, B = 254
Après réglage, j'ai R = 249, V = 249, B = 249



Je vérifie sur une zone théoriquement neutre, sur laquelle j'avais R = 151, V = 163, B = 155
Après réglage, j'ai R = 150, V = 150, B = 150
À noter sur le noir en dessous de la zone grise analysée par le curseur, j'ai les valeurs R = 8, V = 8, B = 8 :
ceci montre bien qu'il ne fallait pas baisser les valeurs '31' de la charte (étape 1 ci-dessus). Éventuellement, en toute fin, je baisserai cette zone à '1' ou même ponctuellement '0'.



En théorie, je ne suis pas loin de la réalité.
Le reste est maintenant affaire d'interprétation.

Dans les zones les plus proches de la lumière électrique, il y aura des dominantes jaunes ;
dans les zones proches de l'extérieur, il y aura des dominantes bleues.

C'est alors le travail du photographe/tireur de choisir cet équilibre, sur une base saine.

On remarque qu'il a fallu pour ce premier calage, réduire une dominante rouge dans les zones sombres, une dominante bleue dans les zones claires, une dominante verte dans les zones médianes et claires.

L'outil des courbes de Photoshop fonctionne exactement de la même manière.

Dans ce cas-ci, ce qui est pour moi fort pratique, c'est que NikonScan me permet d'enregistrer ce réglage que je vais utiliser pour les prévisualisations de l'ensemble de la série réalisée sur place. Cela servira de base pour numériser les autres photos.

Dans Photoshop, on peut aussi enregistrer un réglage de courbes, comme de niveaux :



Quelques manipulations de base (ici sur le bleu) :

comprimer l'histogramme (réduction des constrastes, réduction des valeurs sombres et des valeurs claires, valeurs médianes inchangées)


élargir l'histogramme, augmentation des contrastes


réduire les dominantes bleues dans les zones de valeurs médianes


ajouter du bleu dans les zones sombres, et enlever du bleu dans les zones claires


etc.

Ceci se fait en utilisant l'œil, la pipette, et bien sûr, l'affichage des histogrammes :

  • Message par Tromer, mercredi 2 juin 2010 à 12h14

  
Clap, clap :D:
  • Message par Garp, mercredi 2 juin 2010 à 12h25

..............................clap
L'idée d'un univers infini me rend fou
  • Message par Antochine, samedi 12 juin 2010 à 0h51

  
Bonjour,

Je viens juste de revoir ce post, merci beaucoup pour cette derniere reponse tres detaillee, c'est vraiment sympa d'avoir passe du temps la dessus!

Clap, clap, clap!

Crdlt.
Antonin

en visite : CCbotte et 0 invité(s)
déjà 65 jours payés pour 2017 jusqu'au 30/06/2017
serveur : participer
Le Pirate derniers flux RSS des sujets
forum phpBB - adaptation P I R A T E
nous contacter :
courriel