les pages et galerie
9 commentaires
1 post
4 films dans le café, le nescafé®, et leurs révélateurs
par les pirates
page créée samedi 16 avril 2011 à 19:04
  • 4 films dans le café, le nescafé®, et leurs révélateurs
    Agfa APX-100 - Fuji Acros - Ilford PanF - Kodak PX dans le café

    samedi 16 avril 2011 à 19:04
    post unique dans
    4 films dans le café, le nescafé®, et leurs révélateurs


    On entend parler de techniques et produits différents, plus écologiques, plus aisés à se procurer que les chimies classiques.

    Nous avons voulu en avoir le cœur net : peut-on utiliser le révélateur au café soluble pour remplacer les révélateurs classiques qui ont fait l'histoire des labos photo amateurs du monde entier ?

    La recette utilisée est connue et publiée en maints endroits sur internet :
    • un litre d'eau
    • 54 gr de bicarbonate de sodium
    • 16 gr de vitamine C
    • 40 gr de café soluble

    Quelques premiers essais ont été faits par :del , visibles ici 'clic'

    La méthode semble produire des résultats assez discutables.
    Faut-il utiliser un produit de meilleure qualité ? Remplacer la vitamine C courante parfumée pour notre plaisir par de l'acide ascorbique pur ?
    Faut-il utiliser le café soluble d'une grande marque suisse plutôt qu'un produit générique de super-marché ?
    Ou même, faut-il préparer un vrai café des hauts plateaux andins venant des meilleurs fournisseurs de la bourgeoisie lyonnaise, fraichement infusé ?

    Laissons parler les résultats illustrés.

    Un même cliché a été fait sur quatre films
    • Ilford PanF
    • Agfa APX-100
    • Fuji Acros
    • Kodak plus-X
      • développés successivement dans :
        • café soluble de marque suisse
        • café maison bourgeoise
        • révélateurs dédiés à chaque film soit successivement
          • ID11
          • Rodinal
          • Superprodol
          • D76


    FILM 1 : Ilford PanF

    Ilford PanF dans le café soluble suisse


    Ilford PanF dans le café maison


    Ilford PanF dans l'ID-11



    DÉTAIL - Ilford PanF dans le café soluble suisse


    DÉTAIL - Ilford PanF dans le café maison


    DÉTAIL - Ilford PanF dans l'ID-11


    Note : le grain très particulier obtenu par les deux méthodes au café est semblable ; on note un contraste supérieur et une image plus dynamique avec le vrai café bourgeois.
    Il semble que la photographie issue d'un développement classique avec le révélateur Ilford soit de meilleure qualité (quoi que moins "piquée").



    FILM 2 : Agfa APX-100

    Agfa APX-100 dans le café soluble suisse


    Agfa APX-100 dans le café maison


    Agfa APX-100 dans le Rodinal



    DÉTAIL - Agfa APX-100 dans le café soluble suisse


    DÉTAIL - Agfa APX-100 dans le café maison


    DÉTAIL - Agfa APX-100 dans le Rodinal


    Note : le café soluble de grande marque laisse de nombreux dépôts qui semblent collés à l'émulsion du film, ceci ayant déjà été constaté avec d'autres films curieusement, bien que l'ensemble des films ait été développé en même temps dans la même cafetière, ceci est particulièrement frappant avec l'APX-100 ; on note là aussi un contraste supérieur et une image plus dynamique avec le vrai café bourgeois, et une absence de ces affreux dépôts.
    Il semble qu'une nouvelle fois la photographie issue d'un développement classique avec le révélateur Agfa soit de qualité supérieure.



    FILM 3 : Fuji Acros

    Fuji Acros dans le café maison


    Fuji Acros dans le Superprodol



    DÉTAIL - Fuji Acros dans le café maison


    DÉTAIL - Fuji Acros dans le Superprodol


    Note : un regrettable accident de laboratoire nous empêche de vous présenter la version développée dans le café soluble de grande marque ; croyez-nous sur parole : le film est constellé de taches blanches ; dans le vrai bon café des bonnes maisons, on en trouve encore une certaine quantité, mais un peu inférieure.
    Il semble que l'on pourrait s'avancer à conclure que la photographie issue d'un développement classique avec le révélateur Fuji serait de meilleure qualité (japonaise ? Peut-on envisager de tester le thé vert ?)
    Tout de même, on remarquera que la qualité de l'image complète en petit format est assez proche, que ce soit au café, ou au révélateur "normal", ce qui n'est pas le cas avec les autres films.



    FILM 4 : Kodak plus-X

    Kodak plus-X dans le café soluble suisse


    Kodak plus-X dans le café maison


    Kodak plus-X dans le D76



    DÉTAIL - Kodak plus-X dans le café soluble suisse


    DÉTAIL - Kodak plus-X dans le café maison


    DÉTAIL - Kodak plus-X dans le D76


    Note : les résultats issus des deux cafés sont plus proches qu'avec les autres films, mais l'on note là encore une meilleure dynamique avec le vrai café.
    Le grain est assez correct dans les deux solutions au café, mais on se résoudra à admettre qu'une nouvelle fois, le révélateur dédié par le fabricant du film donne un résultat que l'honnêteté nous pousserait à qualifier de supérieur.


    Additif :


    Voici une photo des négatifs, montrant leurs teintes après développement au café par Marielle.
    Les teintes sont très semblables pour la série développée au Nescafé®

    Il est amusant (et curieux) de constater que bien que traités exactement de la même façon dans la même cuve, les films ne se teintent pas de la même manière.
    La PanF conserve un fond violet dans le café. L'APX et l'acros ne se teintent que peu ; la plus-X en sort complètement marron.

    Comme témoin de ce qu'est un développement usuel, le cinquième morceau de film, en bas de la photo, est développé normalement : APX dans le Rodinal, 20°, 1+25, 8mn.



    On voit bien que le développement au café, non seulement teinte le film, mais de plus, malgré les précautions prises (40 mn, agitation, 24°), donne un résultat sous-développé.



    La perception de ce sous-développement est plus évidente encore vu en positif :

    9 commentairesajouter un commentaire au post 1 : "4 films dans le café, le nescafé®, et leurs révélateurs"
    • Message Nickname, dimanche 17 avril 2011 à 0:12

    :-)

    Ces aspects que tu évoques semblent en effet à ne pas négliger dans le contexte actuel.
    Pourtant, il semble que les principes mêmes du Grenelle II seraient bien fragiles, et nous ne savons pas très bien quelle attitude adopter en cette période trouble d'ouverture de l'Après-Fukushima.

    Nous tenons à rappeler que la dose de Caffenol (en grain ou en poudre soluble) peut être fractionnée pour faire une dose de 290 ml adaptée à une seule spire de type Paterson.
    Ainsi, on ne peut incriminer la méthode de ce côté ci. Mais il faut reconnaître qu'un rinçage classique n'est pas suffisant pour éviter d'avoir des films fortement teintés de café. Si cela vous intéresse, nous vous montrerons la teinte des négatifs. Chose amusante, cette teinte est plus ou moins prononcée suivant les films, alors qu'ils ont tous été traités ensemble dans la même cuve.

    Il serait en effet interessant que vous montriez ici la teinte des negatifs, voire un scan en couleur. Merci!
    • Message coignet, lundi 18 avril 2011 à 13:17

    J'ai ajouté ci-dessus une photo des négatifs, montrant leurs teintes après développement au café par Marielle.
    • Message Mathieu, jeudi 21 avril 2011 à 11:13
    Salut,

    Je débute en photo argentique et j'ai choisi de débuter avec le Caffenol !... :bla:
    Je vous ai répondu sur l'autre forum c'est ICI

    Effectivement, vos développements ne peuvent pas fonctionner car vous n'utilisez pas les bons produits ni les bonnes doses :marteau: Tout est expliqué dans le lien ci-dessus...

    Voici ici un tirage normal issu d'un négatif obtenu avec du Caffenol


    A très bientôt pour d'autres expérimentations caféiques :bise:
    • Message coignet, jeudi 21 avril 2011 à 13:12

    :shock:

    Pas du bicarbonate, du carbonate de soude !

    :gaga:

    Ce sera refait !
    • Message marielle, jeudi 21 avril 2011 à 17:27

    :shock: :shock2: :shock: :shock2: :shock: :shock2:
    Ça alors !!!

    Quand je pense qu'il va falloir refaire toute la manip :cry:
    • Message Nickname, vendredi 22 avril 2011 à 12:28

    :-)
    • Message Mathieu, vendredi 22 avril 2011 à 14:06
    J'utilise aussi la marque avec "l'oiseau qui renait de ces cendres" (ou "hôte de ces bois"). Vraisemblablement ce Carbonate de Soude n'est pas sous forme anhydre. Sa structure en cristaux atteste de sa forme hydratée (Le carbonate anhydre appelé "washing soda" en Angleterre est vendu sous forme d'une poudre très fine). C'est pourquoi je double la dose indiquée soit 108g de carbonate de soude (marque "hôte de ces bois") par litre d'eau.

    Avec cette méthode, mon dernier essai de 12mn à 2° (agitations classiques : 10 la première minute puis 3 chaque minute) a été très concluant. J'espère trouver un temps idéal entre 10mn et 11mn30 à 22°C
    ajouter un commentaire au post : "4 films dans le café, le nescafé®, et leurs révélateurs"
     haut de page
    en visite : CCbotte et 0 invité(s)
    nous disposons de 162 jours payés pour nous ébattre jusqu'au 31/10/2017
    serveur : participer
    Le Pirate derniers flux RSS des sujets
    pages P I R A T E
    nous contacter :
    courriel